Fermer
Outils d'accessibilité
Passer en mode taille texte augmentée Passer en mode contraste et texte augmenté Passer en mode normal
Fermer
Outils
Imprimer cette page Ajouter aux favoris Envoyer cette page à un ami

Tourisme - Divertissement

>

Le Figuier, notre histoire


La légende du figuier :
 
En 1147, l’abbé Bernard de Clairvaux, en croisade contre le catharisme, arriva à Verfeil pour ramener les brebis égarées  à l’orthodoxie et il alla à l’église pour y prêcher la bonne parole. A peine avait-il commencé que les principaux seigneurs sortirent avec des ricanements et des haussements d’épaules. Par moutonnerie, crainte ou accord, le peuple les imita. Saint-Bernard, tenace et sûr de lui,  suivit la foule et continua de l’haranguer sur la place publique mais en vain. Il se retira alors après avoir jeté cet anathème :
« Verfeil… cité de la verte feuille… que Dieu te dessèche»
La belle légende, rapportée par Guillaume de Puylaurens, veut que les effets de l’anathème aient été supportés par Verfeil en raison d’une grande sécheresse. Après sept longues années, le premier arbre qui se vêtit de feuilles fut un figuier. C’est pourquoi les armoiries de la ville portent cet arbre s’accrochant à un sol aride et dénudé.
 
 
Bref historique de la cité de Verfeil :
 
● Vème siècle avt J.C– Il n’est pas possible de dater précisément les origines de Verfeil, mais à cette époque, on sait que la région de la vallée du Girou était peuplée par des celtes.
● VIIIème siècle– Là ou s’élève aujourd’hui le château, fut construit une enceinte quadrangulaire pour abriter des hommes d’armes. Très vite, quelques chaumines de paysans se construisent au pied de cette forteresse et le village grandit doucement.
● De l’an 1000 au XVIème siècle– C’est une grande période de troubles pour la cité due aux guerres de religion. Tout d’abord troublé par l’épisode cathare, le calme retrouvé de Verfeil sera à nouveau perturbé par l’apparition d’une vague protestante.
XVIIème et XVIIIème siècles – On peut considérer que les grands moments de l’histoire de Verfeil sont terminés à la sortie de la grande période du commerce du pastel qui rythmait alors la vie des paysans du Lauragais. La cité est ville maîtresse du Languedoc, c’est-à-dire qu’elle a le droit d’envoyer des délégués aux Etats Généraux du Languedoc. A la Révolution, elle rétrogradera en chef-lieu de canton.
XIXème siècle – Grâce à un maire jeune et actif, Jean-Baptiste Espa, Verfeil se transforme sous la monarchie de Juillet : fossé et remparts remplacés par une ceinture de boulevards, restauration des portes de la ville et réalisation de la halle-mairie (terminée en 1857).


L'Actualité

La Mairie